Trip & Trail | L’île de Madère

Ah Madère, Madère, Madère!
Madère la fleurie,
Madère la magnifique,
Madère la difficile oui !! 😉

A la recherche d’une destination un peu exotique, nous permettant de prendre un bon bain de soleil , nous sommes partis à la découverte d’une île Portugaise, la belle Madère. Petit road-trip improvisé vers une destination aux goûts de fruits de la passion dont on entend beaucoup de bien.
Ce petit bout de rocher volcanique, perdu au milieu de l’océan Atlantique est une destination à privilégier lorsque l’on pense séjour “Traillistique”.
Située à 600 Km des côtes Marocaines (ce qui lui procure un petit vent chaud et 7 micro-climats différents) et à presque 1000 km des côtes Portugaises (histoire de ne pas oublier son terroir, ses traditions culinaires et la gentillesse des Portugais), cette île est l’endroit parfait pour allier repos, plaisir et efforts intenses.
On pourrait décrire trop simplement cette île par “un massif raide à la végétation quasi tropicale” mais ça serait une grave erreur. Ce massif, en réalité composé d’une chaîne de montagnes culminant à 1862m est une vaste étendue de sentiers, de levadas (canaux d’irrigations permettant de superbes ballades), de cirques et de cascades plus belles les unes que les autres. Ce qui choque ici en premier, c’est le dénivelé. Inutile de vous dire que les cuisses des trailers locaux sont plus proches de celles d’un haltérophile que des miennes. Ça grimpe et ça descend sans cesse ! Les seules parties plates de l’île sont les levadas, le plateau Paul Da Serra et le parking du Mc Do de Funchal 🙂
On distingue facilement les 2 côtes de l’île. Le sud, très urbanisé mais également très sec, et le nord.
Ahhhh, le nord, c’est beau, c’est vert, c’est humide, c’est montagneux, c’est tout ce qu’on aime. Les plus beaux paysages se trouvent indéniablement au nord. C’est d’ailleurs ici que nous préférons loger. Loin des autoroutes, aéroport et autres nuisances sonores.
En parlant de route… Malheureusement, il n’est pas envisageable de passer des vacances actives sur l’île sans louer de véhicule, et qui dit véhicule dit kilomètres…. Ca n’a pas été la partie la plus agréable du voyage, les sites sont peu éloignés à vol d’oiseau mais beaucoup plus par la route et il faudra souvent rouler 1H30 pour se rendre aux départs de nos différentes sorties…..
Malgré tout, que ce soit au nord ou au sud, lorsque l’on parle de chemins, on peut tout à fait trouver son bonheur un peu partout (question de goût). Mais il faudra un peu d’imagination pour les parcours. En effet, malgré un peu plus de 2500 km de chemins de randonnées, peu sont proposés en boucles et il faudra souvent user d’imagination pour combiner les nombreux itinéraires (Les PR appelés comme ça ici sont l’équivalent de nos GR) afin de retrouver son point de départ et son véhicule.
Aussi vrai que le pays alterne entre côtes et descentes souvent techniques, il alterne aussi sur le plan météorologique. Ne vous avisez pas de partir sans votre petite laine ni même sans votre veste de pluie. En une journée, nous avons vu le soleil 13 fois, la pluie et les orages 15 fois et les nuages 17 fois!! Le thermomètre varie aussi vite et ma montre Garmin m’annonce sans cesse « STORM ALERT » !!
A dire vrai, le tracé que j’ai préféré est sans nul doute celui entre le Pico de Ariero et le pico Ruivo au levé du soleil, un petit 15 km pas des plus simple, mais sans conteste le plus beau. Il permet à la fois d’avoir des paysages lunaires formés par la lave ainsi que de magnifiques vues sur les 2 côtes de l’île, les vallées et les baies de Funchal et de São Vicente.
On sent sur l’île une atmosphère propice aux coureurs.  On en croisera beaucoup pendant notre séjour et, dans certains bars, des affiches nous présentent les différentes courses organisées sur l’île. Dans certains villages de la côte Nord, comme à Porto Da Cruz, vous trouverez même des panneaux d’informations (kilométrage, D+ et temps approximatif) sur les parcours Trail du coin (pas des randos, de vrais trails !)
Je ne parle pas ici d’attaquer de suite avec le célèbre Trail de Madère non, je parle de boucles accessibles à tout trailer amateur avide de nature et beaux paysages.
Mais je vais quand même en parler de ce trail de Madère. Célèbre pour son tracé et la beauté de ses paysages, il se déroule une fois par an. Le Madeira Island Ultra Trail, ou MIUT est un ultra-trail disputé chaque année en Avril. Partant de Porto Moniz et finissant à Machico, la course traverse l’île de Madère au Portugal en 115 km et 6 850 m de dénivelé positif. Établi en 2008 comme une épreuve autonome, elle intègre l’Ultra-Trail World Tour en 2016 pour sa troisième édition. Cette année, encore deux frenchies au tableau d’affichage, Mister D’Haene s’impose en 13h05 mn et Xavier Thévenard en 13h42 mn. Cocorico!!
Autre coin de l’île, sur le plateau Paul Da Serra entre levadas et éoliennes, il est tout à fait possible de réaliser de belles boucles, sans trop de dénivelé et avec un peu de chance sans trop de vent. On alterne entre prairies et forêts relativement humides, on y croise de magnifiques cascades et le Pináculo (Pain de sucre) qui surplombe la baie de São Vicente. Un tracé alliant chutes d’eau et single en forêt tout en ayant une vue imprenable sur les 2 parties de l’île.

Dans les autres petits conseils, fuyez les levadas proposées dans les guides et partez vous faire la levadas do Cedros, nous n’avons croisé pas âme qui vive et ce chemin en forêt, à profil descendant vous émerveillera par ses couleurs et sa nature préservée. (Au terme de cette levada, continuez vers Porto Moniz afin d’atteindre les 15 km de Run par petit sentier, c’est indiqué). Et vous voilà donc à Porto Moniz, le moment de détente avec pas mal de D-, installez-vous dans les piscines de lave/eau de mer naturelles, je peux vous garantir qu’avec la température de l’eau, le sang circule !
Préférez les courses tôt le matin, cela vous permettra d’être à l’abri de la chaleur mais surtout du monde. On peut réellement ressentir un sentiment de solitude totale aux aurores, où la lumière est la plus belle.
De manière générale, c’est ça Madère ! Une variété de paysages à couper le souffle, du dénivelé pour les aficionados des courbatures mais avant tout, du plaisir à courir dans un environnement peu commun pour le continental franchouillard que je suis!
En tous cas, si vous avez envie de découvrir une destination primée de nombreuses fois pour sa beauté, n’hésitez pas à découvrir Madère, et surtout, surtout, glissez short et baskets dans votre valise à roulette 🙂
 
On a aimé :
Le cadre, entre jungle et montagne sans l’humidité des pays tropicaux, c’est vraiment au top pour courir !
Le Bolo do Caco (pain traditionnel à l’ail hummm) avec du sabre noir braisé ! Les Fruits de la Passion
L’accueil des Madériens
Le Nord de l’île
le Guide de randonnée “Rother” (le meilleur pour tracer les itinéraires)
On a moins aimé :
Le côté “tout voiture”.
Le monde (pas mal de cars de voyages organisés qui déversent leurs flots  toute la journée), mais bon, quand c’est joli… 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *